:: 
Premier pas
 :: Présentations :: Fiches en cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lysange Artemis Harcourt - Lueur sans éclat

Lysange A. Harcourt
Messages : 1
Points : 5
Date d'inscription : 07/03/2019
Ven 8 Mar - 1:14
feat. Eto Yoshimura / Tokyo Ghoul

Nom : Harcourt
Prénom : Lysange Artemis
Âge : 23 ans
Sexe : Féminin
Orientation sexuelle : Jusqu'à présent, hétéro
Nationalité : Française
Métier : Développeuse dans un tout petit studio de jeux vidéo de Vairë

Race : Reaper
Faux : Une petite lampe-torche porte-clé. Il suffit que le rayon de lumière traverse les âmes pour que Lysange les capture. Et puis c'est pratique quand il fait noir. N.B.: à ne pas accrocher aux clés de l'appartement, risque de perte élevé.
Clan : C'est une magisses, à son grand désespoir
Métier : Elle n'a pas d'activité officielle à Chilseok. En tant que magisses, elle est rejetée d'office et puis de toutes façons, elle déteste y aller. Mais lorsqu'elle s'y rend, elle fait de son mieux pour aider les gens dans le besoin qui croisent sa route.
Pouvoir : Empathie
Capable de ressentir les émotions négatives des gens sur lesquels elle se concentre. Agacement, haine, tristesse, angoisse? Lysange le saura à coup sûr. Elle sera également capable de faire disparaître une partie de ces sentiments (s'ils ne sont pas trop forts) pour les remplacer par une sensation de calme et de plénitude. Plutôt chouette non? Mais la nature réclame un certain équilibre, alors pour chaque émotion que Lysange supprimera, elle sera obligée de la prendre en charge à la place de sa cible. A elle de se débrouiller pour dépasser toute cette négativité. Tout ça risque de mal finir.
Capacités : 10 points à éparpiller. Pas de 5/5 autorisé.
Force : 1/5
Vitesse: 2/5
Dextérité: 4/5
Contrôle: 3/5
HARCOURT LYSANGE ARTEMIS
Caractère & Physique
Le réveil sonne. Une musique douce retentit. Dans le grand lit, quelque chose – un petit corps recroquevillé – semble s’étirer. Une main aux ongles courts, peints en turquoise et en taupe, sort de sous la couverture pour attraper le téléphone posé sur la table de nuit. Elle tâtonne, essayant de faire cesser le bruit. Après quelques secondes et trois essais infructueux, celle a qui appartient la menotte se décide finalement à passer un tête hors de son cocon. Enfin, le silence revient.

Sept heures. Encore 5 minutes… ?

Lysange a mal à la tête. Encore une fois, elle n’a passé dormi, alors qu’elle s’était promis de se coucher tôt. Ça l’énerve. Ça l’angoisse. Elle ne veut pas encore arriver en retard mais l’anxiété et la fatigue la poussent à reposer sa tête sur l’oreiller pour s’accorder quelques minutes de sommeil supplémentaires. Juste une demi-heure… Certes, elle n’aura ni le temps de prendre son petit-déjeuner, ni celui de faire une lessive mais tant pis. Elle mangera sur la route et lavera ses vêtements en rentrant du travail. Pas de problème, que des solutions. Lysange se sent nulle, et coupable, mais ses démons sont plus forts et elle a vraiment envie de dormir.
**
Le réveil sonne. Encore. Cette fois, Lysange ouvre les yeux immédiatement et stoppe la musique. Il y a quelques mois, son premier réflexe aurait été de jeter un coup d’œil aux réseaux sociaux, mais dernièrement, elle a du mal à rassembler la force et le courage nécessaires pour le faire. Elle sait que ses amis lui envoient régulièrement des messages. Elle n’ose même pas les ouvrir, alors elle fait la morte.
De nouveau, la culpabilité l’envahit et son cœur se met à battre plus fort. Elle sent une bouffer d’angoisse monter et souffle un bon coup.

Tu es une amie horrible. Mais ça va aller. Tout va s’arranger. Maintenant, sors du lit. Vas-y poulette, tu en es capable.

A force d’auto-encouragement, Lysange arrive à se lever. Elle s’étire avec une grimace : son coup et son dos la font souffrir. Malgré tout, elle se redresse et s’oblige à se tenir droite. Pas le choix : avec son mètre soixante, elle a conscience qu’en se tenant voutée, elle risque de ressembler à un petit tas pas très gracieux. Quand on a quelques formes, il faut savoir se tenir en conséquence pour ne pas avoir l’air plus trapue qu’on ne l’est, Lysange l’a bien compris, alors elle se tient bien, même si le poids qui pèse sur ses épaules menace tous les jours de la faire se courber.

Tout va bien, tu t’en sors bien jusqu’ici. La douche maintenant. Allez Lysange, sois courageuse.

Elle regarde l’heure. Presque huit heures. Elle doit se dépêcher ou elle va rater le bus. Lysange n’aime pas se dépêcher. Elle n’a plus l’énergie pour. Elle est constamment fatiguée. Plus de motivation. Mais elle ne doit pas décevoir son chef, alors elle trouve la force, aujourd’hui encore.
Ses gestes sont lents. Elle a du mal à ouvrir complètement les yeux. De toutes façons, même si elle y arrivait, ses mèches en bataille lui cacheraient la vue.
**
Lysange a presque fini de se préparer. Sa salopette en jean enfilée, elle essaye de se brosser les cheveux. Peine perdue : sa tignasse, fraîchement teinte en vert de la veille, est emmêlée au point qu’elle a peur de casser le peigne si elle continue de s’acharner.
Avec un soupir, elle repose son peigne. Ou en tout cas, elle essaye : l’outil s’est emmêlé dans ses mèches courtes. Lysange s’énerve – elle a assez peu de patience en général, et aujourd’hui, il faut croire que sa réserve est complètement épuisée. Avec un juron, elle tire sèchement sur le peigne et grimace lorsqu’elle s’arrache quelques cheveux au passage. Elle aime bien ses cheveux – la seule partie d’elle qu’elle apprécie pour être honnête – alors elle essaye d’en prendre soin. Et même si elle les teint régulièrement, elle fait toujours en sorte qu’ils soient le plus doux possible. D’ailleurs, il faudrait qu’elle aille chez le coiffeur : son carrré mi long commence à être un peu inégal.

Il est maintenant 8h42. Lysandre est en retard. Elle n’aime pas être en retard.
Passant rapidement devant le miroir, elle jette à peine un coup d’œil à son reflet. Elle sait bien que ce qu’elle verra ne lui plaira pas de toutes façons : Un visage trop pâle aux traits tirés et des yeux dont l’éclat a disparu il y a longtemps, l’un vert comme la forêt de Vairë et l’autre rouge sang. Elle n’aime pas ses yeux, mais a oublié de racheter des lentilles de contact vertes, donc elle fera avec pour aujourd’hui. Lysange le sait : on va encore lui demander si elle fait du cosplay.
**

Le bus est bondé, et Lysange est extrêmement mal à l’aise. Elle déteste la foule.
Son angoisse ne s’est pas calmée, et elle est à fleur de peau, mais comme d’habitude, elle essaye de ne pas laisser son mal être paraître. Les gens n’ont pas besoin de savoir.

Enfin, elle peut descendre. 9h38. Elle est en retard de presque vingt-cinq minutes. Elle stresse.
Lysange est une angoissée perpétuelle, mais depuis quelque temps, ça devient maladif. Ça l’empêche de se concentrer, de dormir, de manger. Elle déteste être dans cet état. Ce qu’elle veut c’est réussir : réussir dans son travail, faire des choses bien. Dur quand on voit le monde en nuances de gris. Mais Lysandre fait de son mieux. Elle arrive encore à rire parfois, alors ça va aller.

Ça va aller.

Quand elle entre dans l’open space, Lysange est accueillie par son chef, Robin. Elle n’ose pas le regarder dans les yeux – elle n’ose plus regarder personne dans les yeux, par peur qu’on se rende compte que leur lumière a complètement disparu. Elle ne veut pas qu’on la prenne en pitié, ou que l’on soit triste pour elle. Ce qu’elle veut, c’est qu’on lui donne sa chance.

Robin balaie ses excuses d’un geste de la main. Il lui répète qu’elle peut arriver à l’heure qu’elle veut et que ce qui compte, c’est que le travail soit fait. D’ailleurs, il veut la féliciter : les corrections qu’elle a apportées aux codes du jeu ont permis d’améliorer drastiquement la fluidité.
Lysange rosit de plaisir. Elle bafouille un remerciement et se dépêche d’aller s’asseoir à son bureau. Les compliments de son chef viennent d’illuminer sa journée. Elle sait bien que pour lui, ce n’est pas grand-chose, mais pour elle, ça représente beaucoup.
**

De son côté, Robin ne peut s’empêcher de sourire en voyant Lysange trottiner jusqu’à ses ordinateurs. Il trouve qu’elle ressemble à un petit pingouin, avec sa démarche spéciale. C’est vrai que la jeune femme dandine légèrement mais – et ça, Robin ne le sait pas – c’est parce qu’elle a quelques soucis à la hanche droite. Rien de bien grave, mais le résultat est là.

Robin continue à observer son employée s’installer. Elle est méthodique, organisée, presque maniaque, et s’agite pour que son espace de travail soit propre et soigné. Après quelques minutes, elle est satisfaite et s’assoit en tailleur sur sa chaise pour commencer à travailler.
L’homme étouffe un rire. Les manières et mimiques de son employée sont attendrissantes.
Malgré ces petits moments où elle semble redevenir une petite fille, son caractère un peu fougueux et cette façon qu’elle a de ne jamais se laisser marcher sur les pieds rappellent constamment qu’elle est une femme presque accomplie, à la personnalité affirmée.

Et pour ne rien gâcher, son employée est définitivement très agréable à regarder, avec ses jolies formes, ses yeux en amande étranges et ses lèvres pulpeuses. Robin se fait souvent la réflexion qu’elle serait encore plus sexy avec des vêtements plus seyants, mais il sait qu’elle les préfère amples « pour être plus l’aise ». Peu importe, de toutes façons, ce n’est pas comme s’il avait ses chances avec la jeune femme : elle ne laisse personne s’approcher. Sans être froide, elle sait mettre de la distance entre elle et les autres. Malgré cela, il a réussi à déduire certaines choses à force de l’observer – rien de malsain, juste de la curiosité et un intérêt certain pour sa personnalité si complexe.

Lysange est généreuse, et de ce qu'il en a vu, elle a l'air d'aimer aider et rendre service. Cet aspect de sa personnalité la rend parfois un peu naïve et pousse les gens à abuser de la gentillesse. Mais la jeune femme déteste être prise pour une imbécile et il est déjà arrivé que ses collègue descende dans son estime et perdent sa confiance après avoir tenté de profiter d'elle.

Elle n’aime pas le bruit et perd rapidement patience quand on l’importune. De façon générale c’est une colérique d'ailleurs. Pas méchante, mais assez impitoyable quand elle veut.

Pourtant, Robin le sait, son employée n'est pas une grande gueule. La jeune femme semble timide, mais son chef se demande s’il n’y a pas autre chose que de la réserve derrière son attitude effacée. Parfois, lorsque Lysange baisse sa garde, il a l’impression de voir son masque se craqueler. Ce qu’il y a dessous l’inquiète, car malgré la douceur son regard, celui-ci a l’air d’avoir perdu son éclat.
**

Lysange est épuisée, mais satisfaite. Elle s’est accrochée au compliment de Robin pour trouver la force d’éloigner ses angoisses et de terminer ses tâches.
Il est maintenant dix-neuf heures passées. Elle doit retrouver l’un de ses amis dans un café près de là où elle travaille. Pour honnête, elle préfèrerait rentrer chez elle et dormir pour oublier ses soucis, mais elle a promis de venir.

La jeune femme soupire discrètement, et commence à rassembler ses affaires.

« Tu as été sacrément silencieuse aujourd’hui. »

Le regard vairon se tourne vers la femme qui vient de parler. Carmen, la collègue de Lysange, la regarde avec un sourire légèrement moqueur.

Peut-être parce que tu me les brises et que j’ai pas envie d’entendre ta voix nasillarde ?

Voilà ce qu’elle aimerait répondre. Probablement qu’en temps normal, c’est ce qu’elle aurait fait. Lysange est une femme brutalement franche, qui n’a généralement pas peur de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Mais aujourd’hui, elle n’a pas l’énergie pour, alors elle se contente de hausser les épaules et de partir en laissant Carmen en plan.

En passant les portes du bâtiments, Lysange hésite une fois encore à annuler, mais elle reçoit un texto qui brise tous ses espoirs.

Je suis arrivé. Tu es où ?

Merde.

Elle inspire un grand coup et tripote la croix discrète accrochée à son coup pour se donner du courage. Lysange n’est pas catholique, mais comme tous les reapers, elle croit en un être Divin. C’est d’ailleurs probablement l’une des choses qui l’empêche de sombrer complètement. Penser que quelque chose de plus grand la surveille et la protège l’aide à ne pas tout abandonner. Elle n’est pas seule.

J’arrive dans 5 minutes.

La jeune femme redresse les épaules. Elle va y arriver. La tristesse n’aura pas raison d’elle. Lysange est une battante. Même quand le monde devient tout noir, elle refuse d’abandonner. Fierté ? Peur de manquer la chose qui lui redonnera sa joie de vivre ? Qui sait. En tout cas, il y a une force en elle qui la pousse encore et encore. Elle en a conscience et tire une certaine fierté dans le fait d’être capable de continuer à avancer sans l’aide de personne.
**

Eliott est content de voir son amie. En ce moment, il a l’impression qu’elle s’isole un peu et ça lui fait peur.

Lysange balaie quelque peu ses inquiétudes avec son humour noir et ses punchlines grinçantes. Cela fait presque une heure qu’ils font les commères et la jeune femme ne se gêne pas pour se payer la tête des personnes dont ils parlent, ce qui fait pleurer de rire son ami.

« Bon, et sinon, tu es sûre que tout va bien ? On te voit plus très souvent et honnêtement, tu as l’air fatigué. »

Le sourire de Lysange se crispe imperceptiblement. Que répondre à son ami ? Qu’elle se sent glisser de plus en plus dans la tristesse et l’angoisse ? Qu’elle doit se battre tous les jours contre ses démons intérieurs pour trouver la force ne serait-ce que de se lever ? Qu’elle se sent horriblement seule et qu’en même temps, elle ne veut pas parler de son problème par peur de s’entendre dire une énième fois que « son coup de blues va passer » ? Car elle le sait, ce qu’elle a, ce n’est pas un « coup de blues ».

Son problème s’appelle dépression.

Elle ne veut pas de regards tristes et inquiets. Elle ne veut pas de conseils. Elle s’en sortira seule. Lysange est indépendante, forte et débrouillarde. Elle a de la volonté. Et elle veut s’accrocher.

« C’est rien, juste un peu de stress au boulot. »

Un sourire rassurant et c’est oublié. Lysange ne laissera rien, pas même une dépression, l’arrêter. Et il n’est pas question qu’elle entraîne les autres dans ses soucis.
**

Une heure du matin. La porte d’entrée grince un peu lorsque Lysange la pousse. Passant en mode « pilote automatique », elle prend une douche et se met au lit. Elle ne le sait pas encore mais cette nuit, elle domira bien. Et le lendemain matin, elle ira un peu mieux que la veille. Ses pensées seront moins noires, son sourire plus sincères, ses yeux brilleront légèrement.

Petit à petit, la vie retrouve ses couleurs.
Histoire
Il était une fois, l'histoire de votre personnage, en 25 lignes minimum. Des souvenirs d'enfance, son adolescence aussi ~ Même si ce dernier est amnésique, on veut savoir ce qu'il a oublié ~
MAO
Le code :
Comment as tu connu le forum ? : DA FABULOUS KING MAMENE
Àge :  finger
Comment trouves tu le fofo ? : Il est beau, tout est bien écrit, bravo les coupains ;-;
Tout ce que tu veux dire ! :  Mao's here bitches wtf
Revenir en haut Aller en bas
Raphaël N. Arcès
Messages : 30
Clan : Aucun-Magisses
Points : 99
Date d'inscription : 06/08/2018
Ven 8 Mar - 18:40
Bienvenue à toi LYSAAAANGE !!! Je t'attendais impatiemment ! Je suis heureux de t'accueillir sur le fofo 72 Et fabulous king c'est moi hein ? Je sais je sais je suis fabuleux l'oreal paris

Merci pour les compliments en tout cas ça fait chaud au coeur ! J'adore ta faux ça m'a fait sourire, c'est tellement original et ça a un côté cute cute20 En plus une keupine magisses comme moi !! Par contre petite précision, même au singulier on dit magisses, c'est invariable (pratique n'est ce pas ?) donc il ne faut pas enlever le dernier s.

J'ai hâte de lire la suite de ta fiche en tout cas, tu me rends curieux ! Bon courage en tout cas pour la suite ! bob

_________________
Nous avons tous un monde en nous, mais certains sont fous et beaux.

Revenir en haut Aller en bas
Dae-Hyun Sumire
Messages : 39
Clan : Feng
Points : 143
Date d'inscription : 06/08/2018
Ven 8 Mar - 18:46
Heeeellooooo ~ Bienvenue cute16

Pour te souhaiter la bienvenue, je t'ai écris un poème:
Tu es belle comme le miel
Tu sens bon comme les hirondelles
Voilà.

Sinon, j'adore ton ava! Il est beauuu cute16
Team Reaper! On va se faire un pot de bienvenue avec des gâteaux, des patates et tout ~
La faux m'a fait rire aussi, j'imagine Lysange au bureau des objets trouvés chez les Reaper. Mais qui peut bien perdre sa faux 8')

Bon courage pour la suite de ta fiche!
Merci aussi pour les compliments! cute11

_________________
cute20
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Premier pas
 :: Présentations :: Fiches en cours
-
Sauter vers: